Aujourd'hui ouvert jusqu'à 17:00
J’ai une intolérance au CPAP, aucun masque ne fonctionne, que faire?

J’ai une intolérance au CPAP, aucun masque ne fonctionne, que faire?

Catégories: Apnée du sommeil, Correction de l'apnée par chirurgie, Traitement sans chirurgie

Réponse

Le traitement de l’apnée du sommeil par un appareil de ventilation en pression positive continue, communément appelé CPAP (Continuous Positive Air Pressure) demeure encore aujourd’hui le traitement le plus reconnu dans la littérature scientifique. Cependant, les résultats de ce traitement dépendent directement de l’utilisation rigoureuse de l’appareil et un minimum de 4h par nuit est jugé nécessaire. Certains patients, après avoir testé plusieurs types de masques, cessent d’utiliser leur appareil, car ils ne parviennent pas à s’adapter. On estime que près de 30% des utilisateurs présentent une intolérance au CPAP. Chez ces patients, l’apnée du sommeil n’est donc pas traitée adéquatement.

L’intolérance au CPAP peut créer un sentiment de désarroi chez les personnes qui en sont atteintes. Heureusement, d’autres solutions existent pour traiter l’apnée du sommeil.

Tout d’abord, l’orthèse d’avancée mandibulaire (OAM) est un appareil dentaire qui permet de traiter les patients atteints d’apnée modérée sans avoir recours à la chirurgie. Consultez notre page concernant ces appareils pour plus de détails.

Les solutions chirurgicales dépendent de la sévérité de l’atteinte du patient. Rappelons cependant que l’amélioration de l’hygiène de vie est toujours de mise avant d’envisager quelque chirurgie que ce soit. Par exemple, le surpoids nuit au succès des différentes chirurgies et la perte de poids est donc la première mesure à prendre, particulièrement dans le contexte d’une intolérance au CPAP. Pour l’apnée légère, des chirurgies mineures palatines, linguales ou nasales peuvent être effectuées avec un bon taux de succès. Les patients souffrant d’apnée sévère pourront quant à eux bénéficier d’une chirurgie orthognatique. Il faut savoir que certains traitements sont couverts par la Régie d’assurance maladie du Québec et que d’autres ne le sont pas.

Si vous souffrez d’une intolérance au CPAP, notre équipe de professionnels peut vous examiner afin de déterminer quelles sont les mesures possibles dans votre cas et vous expliquer les risques et bénéfices de chacune d’entre elles. Vous serez alors mieux préparés à décider de celle qui vous convient.

 

clinique-sommeil-grand-montreal-appareil-cpap-homme (4)

Comment Nous Joindre :

Sans frais : (855) 218-5186

Prendre Rendez-Vous

Situer nos Cliniques



Questions et commentaires

  1. Claudette Fournier dit :

    Je suis une personne de 71 ans, et j’ai tous les symptômes d’une personnes souffrant d’apnée du sommeil, d’ailleurs j’ai été diagnostiqué sur ce problème. Je dors la bouche ouverte, donc j’ai un masque facial, et mon apnée au début c’était un peu amélioré, mais depuis près d’un an, avec une pression positive à 12, mon IAH monte jusqu’à 29. Je suis toujours très fatiguée au réveil, souvent avec des céphalées, et je ressents un grand besoin de faire une sieste de deux heures en après-midi. Ma mémoire a énormément diminuée et je n’ai pas le goût de faire grand chose, je passerais mes journées au lit si je m’écoutais. Je ne réussis pas à m’adapter à mon CPAP, même en changeant de masque aucune amélioration. Avez vous une solution pour moi, car je ne me sents vraiment pas bien, lorsque je marche on dirait quelqu’un en état d’ébriété, et je m’endors au volant. Mes filles ne veulent plus que je conduise mon auto. Sincèrement,
    Claudette

    1. Jacques Goulet dit :

      Après un certain âge, l’état de santé général peut devenir un facteur limitant pour certaines options chirurgicales. Certaines interventions chirurgicales contribuent à améliorer l’efficacité et la tolérance au CPAP sans toutefois être un substitut. L’utilisation d’une orthèse dentaire d’avancement mandibulaire peut aussi être tentée.

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).